Berns Hotel

En résumé

Emplacement

Prestations

Une valse à mille temps

Plus qu'un hôtel, le Berns est une institution.

Mais d'ailleurs, où est l'hôtel ?

Car lorsque l'on arrive Berzelii Park, devant le Berns Salonger, on se demande où se cache l'hôtel au sein de ce petit immeuble aux allures de jolie gare de province, dont les vérandas ouverte à l'intérieur sur le restaurant, semblent devancées à l'extérieur par l'entrée centrale, proéminente colonne de verre et de métal, dessinée dans les années 90 par le vénérable Sir Terence Conran.

Et d'instinct, en entrant, on oublie l'hôtel, car le cœur, l'esprit et l'originalité de ce bâtiment réside dans sa partie historique, à savoir sa grande salle de restaurant.

Créé en 1863 par HR Berns, pâtissier suisse allemand, le Berns était à l'origine un salon de thé, conçu comme un salon de bal.  

Si la cuisine asiatique a remplacé les épais gâteaux coiffés de crème et parfumés au kirsch, le restaurant de l'établissement n'a rien perdu de sa superbe.

Avec près de dix mètres de plafond et de moulures s'ouvrant sur une vaste salle rectangulaire constellée de tables rondes et parcourue au premier étage par de magnifiques coursives latérales, on est saisi par le scintillement des trois immenses lustres qui comme d'impressionnantes méduses lumineuses prodiguent un éclat dont la magie semble soustraire cette salle à la pesanteur du temps.

Banquettes en skaï noir, serveurs habillés en noir et blanc, élégantes compositions florales, fauteuils en velours rouge, ors patinés des boiseries, immenses glaces, globes lumineux et bruissement des conversations, tout cela donne à cette salle une vigueur parée d'élégance informelle qui en fait une des plus vibrantes et des plus attachantes de Stockholm et sans doute une des plus étonnantes d'Europe.

Mais où se trouve l'hôtel ?

Si l'on peut y accéder depuis la salle de restaurant, l'entrée principale de l'hôtel se trouve le long d'une petite rue, sur le côté du bâtiment, immanquable avec sa petite marquise arrondie, piquée de bulbes lumineux, rappelant ainsi les entrées des artistes dans les années 50.

Cette entrée débouche sur un petit hall en marbre, conduisant à gauche vers la grande salle de restaurant, et à droite, en suivant quelques marches et un petit couloir, vers la réception.

Bien que sobrement décorée, au fond, la réception n'est qu'un passage vers l'essentiel : le restaurant ou les chambres.

Et justement, les 67 chambres de l'hôtel se répartissent sur 6 étages. 

L'essentiel des chambres répond à une même décoration de style « Riva », façon bateau des années 20, où la chaleur du bois et les formes géométriques prédominent.

Parquet bois, tête de lit en cuir ou en bois, épaisse couette blanche, magnifique jetée de lit satinée prune ou bordeaux, totem en bois pour coffrer le téléviseur et le minibar, fauteuils design, discrets objets de décorations (photos ou tableaux) fournissent un cadre plein de charme naturel. La décoration est toujours un sujet mais jamais une obsession. De fait, le cadre est d'un luxe sobre et simple, accueillant et à porte de main.

Si les chambres ont été refaites il y a une vingtaine d'années, elles ne sont ni démodés ni trop vieillies, grâce à un entretien plutôt attentif et à renouvellement permanent du mobilier.

L'immeuble étant en V, ces chambres donnent soit sur la parc soit une large arrière cour, où se trouvent presque côte à côté, cela vaut la peine d'être noté, une solide église en brique et une élégante synagogue.

Avec la discothèque de l'hôtel les fins de semaine et malgré un efficace double vitrage, les personnes au sommeil le plus fragile seraient bien avisées de demander une chambre sur l'arrière du bâtiment.

A ces chambres classiques s'ajoutent celles du 6ème étage.

Plus contemporaines, plus claires, plus spacieuses, elles disposent de larges vitres donnant sur une petite terrasse et offrant une large vue sur le théâtre de la ville, le parc et sur les quais. Plafond mansardé et arrondi, parquet exotique, éléments zen ou japonisant, ces chambres possèdent un charme tout particulier.

Agréables mais sans extra particulier, si ce n'est leurs produits de bains, signés Byredo, les salles de bains, recouvertes de carreaux et de marbre, sont équipées pour la plupart de douches ou de courtes baignoires. Clin d'œil à l'amour qui peut s'avérer utile, vous pourrez trouver, en plus des cotons tiges, des préservatifs dans « Pack of Love » à la fois judicieux et bien dessiné.

Cachée derrière la plus haute arche de la façade de l'hôtel, protégée par une grosse horloge, la suite signature du Berns, la bien nommée Clock Suite, sur deux niveaux, avec 50m2 de salon et de chambre, d'astucieuses parois de verre à cristaux liquides, un magnifique mobilier contemporain, des photos d'art également très contemporaines et un luxueux pan de mur couvert en bois et d'autruche complètent ce qui est sans doute une des plus belles suites de Stockholm, même si elle n'en est pas la plus grande. 

 

À partir de - Réserver
Notation de l'établissement
Confort Global 8.5 Confort Global : 8.5

Contacts & Réservation

Berns Hotel

Berzelii Park
SE-103 25