InterContinental Paris - Avenue Marceau

En résumé

Emplacement

Prestations

Renaissance chic

Si le large fleuve haussmannien qu'est l'avenue Marceau ne manque pas de beaux immeubles, celui qui abrite le InterContinental Paris - Avenue Marceau (ex. Crowne Plaza Moretti) se distingue des autres à plusieurs titres.

Tout d'abord, les éclairages et les habillages de façades en sont la coquetterie la plus évidente ; ensuite, la magnifique Rolls Royce Silver Shadow, toujours présente sauf lorsqu'elle conduit des clients de l'hôtel à travers Paris, en est l'apparat le plus gentiment snob ; et enfin, le porche latéral, qui permet de discrètement rejoindre l'entrée de l'hôtel, en constitue la marque de distinction la plus sûre.

Le comte de Breteuil serait sans doute surpris de voir son hôtel particulier transformé en hôtel de luxe, mais il n'en renierait certainement pas l'élégance.

Ouvert doucement en 2008, le Moretti est la version « triangle d'or » du Placide Hotel, ouvert en 2006, à deux pas du Bon Marché. Si le Placide est un boutique hôtel, de design et de charme, à l'attention d'une clientèle de loisirs, rive gauche, le Moretti procède de la même veine mais dans une version affaires, rive droite.

L'équipe à l'œuvre est la même, la famille Bansard, côté propriétaire, et Bruno Borrione, collaborateur de Starck depuis 20 ans, côté décoration. S'ajoute à ce duo qui a déjà fait ses preuves, la marque InterContinental pour la gestion et la distribution de l'hôtel. A noter qu'avec seulement 58 chambres, l'hôtel fait figure d'un des plus petits InterContinental d'Europe.

Une fois entré sous le porche haussmannien de l'hôtel, vous serez sans doute intrigué par la présence d'un tableau grand format du peintre Raymond Moretti. Que ce soit par le rouge qui illumine la toile, ou le dessin, largement inspiré du Guernica de Picasso (l'ami de Moretti), ce tableau surprend et attire. A côté, mobilier de salon et éclairages design indiquent l'entrée de l'hôtel.

En continuant tout droit, le porche conduit à une cour aménagée, avec la terrasse du restaurant en été et un très beau mur végétal. Depuis cette cour, on peut observer les trois différents bâtiments qui constituent l'hôtel, dont l'un, remarquable, dispose d'une tourelle en briques, pierre et ardoises, d'inspiration Renaissance.

A la fois original et vintage, le lobby possède quelque chose d'éclectique et d'électrique, de mat et de brillant, de moderne et de dépassé. S'y mélangent travertin au sol et tapis en épaisse peluche, mobilier Le Corbusier et hautes consoles en verre portant une myriade d'orchidées, larges miroirs et fresques murales, fauteuils classiques en cuir club et fauteuils Egg de Jacobsen en tweed, lustres de cristal et éclairage design, le tout jouant subtilement de quelques couleurs vives.

Au fond du lobby, on rejoint le bar de l'hôtel et son restaurant, le M64, ouvert en novembre 2009, avec une carte « creative chic », très en phase avec la clientèle d'affaires du quartier.

Dans les étages, les chambres offrent une décoration à la fois fraîche et lumineuse, épurée mais avec du caractère, et surtout avec un niveau d'équipement et une qualité des matériaux parfaitement luxueuse.

Le mobilier, tout comme la décoration, a été dessiné pour l'hôtel par Bruno Borrione, les hautes têtes de lit sont en Majilite, les draps, d'un blanc immaculé, sont en coton d'Egypte, les plaids et coussins, recouvrant les épaisses couettes, sont signés Lelièvre, Missoni ou Kenzo et constituent la touche de couleur vive de chambres aux tonalités blanches, taupes, marrons, ou grises.

Toutes les chambres bénéficient d'un bureau, et à partir des chambres executives, d'un petit espace salon, décorées avec les célèbres chaises à bascules RAR des Charles et Ray Eams, ou d'autres fauteuils de designers tout aussi célèbres.

Les équipements standards incluent station iPod, connexion internet Wifi gratuite et produits de bains Hermès. En montant en gamme, les chambres s'équipent de machines à café Nespresso, et de système hi-fi Bang & Olufsen à partir de l'Executive Terrasse.

Point clé de la décoration, les plafonds tendus reproduisent des très belles fresques d'églises vénitiennes de la Renaissance.

Quant aux salles de bains, accessibles grace à une porte coulissante, elles sont tellement immaculées qu'elles en sont presque cliniques.

Mention spéciale pour les suites du dernier étage, avec un vue originale sur Paris, à la fois sur l'Arc de Triomphe et la Tour Eiffel.

Malgré touts ces attributs, il existe toujours un défaut, et là, il faudra aller le chercher dans la taille des chambres, qui, à ce niveau de prix et de prestations, auraient gagnées à être plus spacieuses. Si les Executives et au-delà sont d'une taille confortables, les chambres de catégories inférieures conviendront davantage à de courts séjours ou pour des personnes seules (à nouveau, comparativement à d'autres hôtels de catégorie identique).

Quant aux services, ils correspondent à ceux d'un petit palace, et si les promenades en Rolls à travers Paris sont « too much », l'hôtel met à disposition de ses clients des eSolex, la passion de Monsieur Bansard.

 

Pour qui ?

Si par son emplacement, ses prestations et sa conception, l'InterContinental Paris - Avenue Marceau se destine tout naturellement aux hommes d'affaires, il ne manquera pas non plus de séduire une clientèle de loisirs, qui trouvera là une halte de choix : parfaitement placé, plus élégant et plus luxueux que d'autres hôtels design du voisinage, bien que moins spacieux, sauf pour les meilleures chambres, il sera plus discret.

 

À partir de - Réserver
Notation de l'établissement
Taille des chambres 8 Confort : 8
Confort Chambres 8.5 Confort : 8.5
Infrastructure & Services 9 Confort : 9
Confort Global 8.5 Confort Global : 8.5

Contacts & Réservation

InterContinental Paris - Avenue Marceau

64, avenue Marceau
75008

Station de Métro : George V - Charles de Gaulle Etoile