Les Jardins de la Villa

En résumé

Emplacement

Prestations

L'effet couture

Situé dans une petite rue échappant presque à la circulation des grands axes de la Porte Maillot, l'Hôtel les Jardins de la Villa est une bienheureuse respiration au cœur d'un quartier davantage occupé par les affaires que par la bagatelle.

Ouvert en janvier 2010, l'établissement est le fruit de deux ans de travaux et d'investissements considérables, réalisés par un groupe hôtelier familial, AD Hotels, déjà à la tête de deux boutique hôtels de luxe à Genève et deux autres établissements à Paris.

Une certaine expérience donc.

Magie d'un établissement où l'énergie circule bien, ses 28 chambres et 5 junior suites se répartissent sur deux bâtiments, surnommés Rive Droite et Rive Gauche, et bénéficient de deux jardins, le jardin d'hiver et le jardin de printemps.

Et pour faire vivre cette demeure, le groupe a eu la bonne intuition de recruter Carole Valet-Gallou comme directrice.

Habituée aux standards de certains des plus grands hôtels de luxe de l'Île Maurice, dont elle assurait la commercialisation, elle entame ici une nouvelle carrière. Soucieuse du moindre détail et prodiguant une gentillesse rayonnante pour satisfaire sa clientèle, elle a choisi ad hoc une équipe sur mesure qui lui ressemble.

Et si la décoration constitue de plus en plus un élément déterminant pour les nouveaux hôtels, il est cependant à parier que l'Hôtel les Jardins de la Villa fera sa réputation davantage sur son service que sur sa décoration.

Son design se tient pourtant au cœur du projet.

Dédié au Paris de la Mode, il est à la fois sobre et élégant, accueillant et chic, glamour et sans excès.

Signé par les décorateurs d'intérieur Marc Hertrich et Nicolas Adnet, il raconte son histoire avec de beaux matériaux, avec beaucoup d'attention et avec quelques clins d'œil. Le tout sans prétention, permettant à chacun de facilement se l'approprier.

Une entrée toute en surprises
Dès l'arrivée, la devanture de l'hôtel, noire et laquée, rappelle ainsi davantage celle d'une boutique de mode, si ce n'était ses étroites vitrines, agrémentées de fresques effilées et dansantes, dessinées par l'illustrateur de mode Hippolyte Romain, évoquant avec inspiration et féerie des scènes de la « high life » parisienne (comme le disait si bien Boni de Castellane !).

Peu profonde, la réception s'ouvre sur toute la largeur de l'immeuble, dessinant deux alcôves, recouvertes de miroirs biseautés et introduisant un élégant contraste noir et rose. A droite le bureau de réception/conciergerie rappelant l'esprit Coco Chanel, et à gauche, un petit salon d'attente, où trône une intrigante méridienne-sculpture, aux formes arrondies d'un escarpin géant, hommage à Elsa Schiaparelli, l'éternelle rivale de Coco Chanel.

Entre salons et jardins
Plus en avant dans l'édifice, passé la batterie d'ascenseurs (peinte d'un très beau rose-fuchsia... serait-ce là un avant-goût du paradis ?!), vous rejoignez un petit salon-bibliothèque, ouvert sur le jardin d'hiver de l'hôtel.

De l'ambiance feutrée-sobre-sophistiquée de ce petit salon, avec ses fauteuils à capes de soie brodées et ses œuvres d'art dédiées à la mode (comme cette très belle photographies Lacroix de la série NYT Couture d'Erwin Olaf), vous passez à l'esprit plus bucolique du jardin d'hiver, avec son « feuillage » chromé investissant les murs, son solide mobilier aux accents baroques et sa verrière toute moderne, recouverte d'un voilage, comme pour mieux se protéger des jours trop chauds ou trop froids.

Des petits-déjeuners bio y sont servis le matin, en buffet chaud et froid, avec quelques trouvailles amusantes, comme les cuillères à chocolat, suisses, à laisser fondre dans sa tasse. Le soir, les hôtes disposent d'un « honesty bar » parfaitement équipé, en libre-service.

Toujours plus en avant dans l'hôtel, le deuxième bâtiment permet d'accéder au deuxième jardin, « le jardin de printemps », situé tout au fond de l'établissement, et offrant une agréable parenthèse de verdure au cœur de ce petit patio biseauté, entouré de hauts immeubles, et au milieu duquel s'écoule doucement une fontaine.

Au sous-sol de ce second bâtiment, se trouve une très élégante salle de fitness équipée des appareils derniers cris, un hammam, un sauna, ainsi qu'une petite salle de réunion, « Matisse », d'une dizaine de personnes, qui compense son manque de lumière naturelle par de très belles couleurs acidulées.

Des chambres entre cocons et bonbons
Décorées suivant un même patron se déclinant en cinq couleurs différentes (prune, taupe, camel, noir&blanc ou encore rose shocking), les chambres se distribuent au fil des deux bâtiments en fonction de leurs catégories.

Les « Supérieures », d'une superficie de 16m2, se situent Rive Droite, dans le premier bâtiment. Elles donnent soit sur rue, soit sur cour. Bien qu'elles ne soient pas les plus spacieuses, ces chambres bénéficient de deux fenêtres en enfilade, ce qui les rend particulièrement lumineuses et agréables. Certaines, au premier sur cour, bénéficient même d'une terrasse.

Presque dans le même esprit, les quelques « Singles » de l'établissement sont très cocoon et lumineuses : loin des clichés que l'on peut avoir concernant ces laissées pour compte de l'hôtellerie que sont les singles !

Les « Deluxe » font un peu moins de 20m2 et ressemblent beaucoup aux « Supérieures », en plus spacieuses, mais cependant avec souvent une fenêtre en moins. Elles se situent soit Rive Droite, soit Rive Gauche.

Quant aux Junior Suites, sauf une, elles se situent Rive Gauche, bien protégées des bruits de la ville. Avec 25m2, elles offrent un petit coin salon très chic, ouvert sur la chambre, qui permet grâce à sa banquette d'accueillir une troisième personne.

En résumé, si vous ne venez pas aux Jardins de la Villa pour la taille de ses chambres, attendez vous à y rester parce que vous vous y sentirez bien.

Une décoration sur mesure
Meublées sur mesure, les chambres offrent un beau contraste.

Murs simplement peints, têtes de lit simplement évocatrices avec leur myriade de boutons de fleur en cuir brodé, couettes simplement blanches, luminaires aux lignes simplement pures, l'ensemble étant à la fois sobre et sensuel, accueillant et élégant.

Quelques détails bien pensés, mais surtout réalisés avec des matériaux luxueux, signent ces chambres : armoire-malle gainée de cuir, écritoire escamotable, plaid à franges et coutures selliers de la couleur dominante et ainsi que la méridienne en pied de lit.

Technologie et équipements n'ont pas été oubliés : wifi disponible gratuitement, téléviseur grand écran plat, machines à café/thé dans toutes les chambres.

A noter, qu'en plus du secrétaire escamotable, certaines chambres possèdent un réel bureau.

Luxueuses et immaculées, les salles de bains possèdent des lignes très pures et sont équipées de douche de plein pied ou de baignoires. Les junior suites disposant des deux (sauf l'une d'elle, dont la baignoire est du coup spécialement longue !). Produits Anne Semonin, chaussons et peignoirs sont dans toutes les chambres.

Côté service, un bagagiste est toujours à disposition, ainsi qu'un réceptioniste/concierge. Un room-service est disponible avec une carte légère, et un service de couverture est réalisé le soir.

 

Pour qui ?

En ayant trouvé un parfait compromis entre la sobriété et le glamour, l'établissement séduira tout aussi bien les fashionistas à la recherche d'un peu de confort que les hommes d'affaires à la recherche d'un peu de fantaisie.

Mais plus que tout, Les Jardins de la Villa s'adressent à une clientèle qui saura apprécier à sa juste valeur un service plein d'humanité, le tout dans un cadre très Paris-Paris, le tout au milieu des contraintes et des opportunités de la Porte Maillot.

Une maison qui respire en quelque sorte !

 

À partir de 270€ Réserver
Notation de l'établissement
Taille des chambres 7.5 Confort : 7.5
Confort Chambres 8.5 Confort : 8.5
Infrastructure & Services 8.5 Confort : 8.5
Confort Global 8 Confort Global : 8

Contacts & Réservation

Les Jardins de la Villa

5, rue Belidor
75017

Station de Métro : Porte Maillot