The Cranley

En résumé

Emplacement

Prestations

Un petit bonbon à l'anis

Difficile d'imaginer qu'il y a près de 150 ans, les alentours du Cranley n'étaient qu'un vaste jardin potager. Et pourtant, l'hôtel semble en avoir conservé quelque chose : beaucoup de calme, un esprit frais et naturel, une simplicité élégante et bien posée.

Car si les jardins ont bel et bien disparu, une fois passé le porche de cette demeure victorienne construite en 1869, on a l'impression que rien n'a vraiment changé.

La maison où ont vécu tant de dignes personnages, solides militaires ou brillants magistrats, est toujours aussi accueillante, toujours prête à recevoir un nouveau locataire.

Passé le tranquille perron où somnole un parasol et ses accueillantes tables de jardin en bois, le hall d'entrée conduit à un salon. Le salon est ouvert sur le bureau-bibliothèque de la réception, et de chaque côté, s'échappent les couloirs qui relient les trois maisons constituant l'hôtel.

Les canapés et les tissus, la cheminée et les horloges, le secrétaire et le lustre de cristal, les fenêtres à guillotine et les lourds rideaux, tout respire le style d'autrefois et les fleurs de lys, avec un temps lent et appréciable, avec une convivialité tranquille et sympathique.

Mais si le temps passe parfois trop vite, les décorateurs de l'hôtel ont cependant su donner à ce témoignage d'une époque tous ses droits à la modernité.

Tout d'abord les couleurs. Choisies à partir des différents carreaux d'origine qui habillent encore le hall d'entrée, les couleurs de l'hôtel sont souveraines : intenses et douces, présentes et élégantes. Du magnifique bleu de chine de la réception au mauve et au paille des chambres, il en émane quelque chose de singulier.

Autour, tout prend place. Les meubles antiques aux lignes simples, les tableaux de genre, paysages ou portraits, les fauteuils classiques, restaurés avec des tissus contemporains, unis et assortis avec la couleur dominante.

Sobres, délicates et décorées d'une façon similaire, les 39 chambres et suites sont assez spacieuses, notamment les Four Poster Bed Rooms - ces chambres aux magnifiques lits à baldaquins Beaudesert, parmi les plus agréables de l'établissement.

Toutes offrent un contraste très agréable entre un mobilier d'époque aux couleurs sombres, des murs aux couleurs lumineuses, le tout rehaussé par le blanc des draps et des coussins. Le soir, un service de couverture ferme vos rideaux et ouvre votre lit, comme pour vous souhaiter bonne nuit.

Les chambres du premier étage profitent d'une belle hauteur sous plafond, alors que la suite au dernier étage bénéficie quant à elle d'une belle mansarde et d'une terrasse offrant une large vue sur la ville. Située en contrebas de l'hôtel, la junior suite s'ouvre sur un patio privatif, surtout appréciable les jours d'été.

Doux et chaleureux, le Cranley possède une atmosphère sans emphase mais hospitalière. Tous les jours, un thé traditionnel l'après-midi, et un apéritif le soir, sont offerts aux hôtes. Sans restaurant ni salle à manger, l'hôtel The Cranley compense son manque de parties communes par un service en chambre qui souligne le côté « comme à la maison » de l'établissement. A ce titre, les petits-déjeuners sont justement servis en chambre : n'oubliez pas d'accrocher votre commande à la porte avant de vous coucher !

 

À partir de 188€ Réserver
Notation de l'établissement
Taille des chambres 7 Confort : 7
Confort Chambres 7 Confort : 7
Petit-Déjeuner 6.5 Confort : 6.5
Infrastructure & Services 7 Confort : 7
Confort Global 7 Confort Global : 7

Contacts & Réservation

The Cranley

10 Bina Gardens
SW5 0LA

Station de Métro : Gloucester Road