The Dorchester

En résumé

Emplacement

Prestations

L'art du sourire permanent

Elevant au dessus de Hyde Park sa haute et géométrique façade post-art-déco, le Dorchester est depuis les années 30 la référence des palaces à l'anglaise, comme un présent livré au reste du monde, en témoignage d'un art de vivre à la fois nourri de traditions mais résolument moderne, décomplexé et heureux.

Egalement présent à Paris, avec le Plaza Athénée et le Meurice, ce qui est peu à peu devenu le Groupe Dorchester s'est ainsi fait une spécialité dans l'art de conjuguer un luxe chargé d'histoire avec un monde contemporain à la recherche d'un frisson plus glamour.

Fermé durant deux ans pour rénovation complète, le nouveau Dorchester a ouvert ses portes en 1990. Si l'inspiration générale de la décoration est liée aux années 30, différents styles s'y côtoient. Décoration asiatique pour le restaurant Tang, décoration hyper-contemporaine pour le nouveau restaurant d'Alain Ducasse, décoration traditionnelle anglaise « countryside » pour les chambres, et décoration année 30 revisitée pour les nouvelles suites panoramiques du dernier étage.

Créées dans les années 50 par le décorateur de théâtre, Oliver Messel, les suites du 7e et 8e étages ont fait la gloire de l'établissement. Particulièrement spacieuses - largement plus de 100 mètres carrés- et toutes différentes, elles ont accueilli les personnalités les plus diverses, de Eisenhower à Sylvester Stallone en passant par Marlène Dietrich. Mais à chaque époque sa démesure et la renommée de ces suites pourraient être bientôt éclipsées par les trois nouvelles « roof suites », signées Alexandra Champalimaud, ouvertes en octobre 2007, et qui, même plus petites que les autres, réunissent tous les canons du luxe d'une époque.

Quand on arrive au Dorchester, le premier étonnement vient du contraste entre l'arbre majestueux qui étend vénérablement ses ramures au dessus des nombreuses voitures de luxe stationnées devant l'hôtel, et le passage incessant des automobiles sur Park Lane. Il y a au pied de cette haute façade en arc de cercle marquant l'entrée du Dorchester, avec son bal permanent de portiers, de bagagistes, de voituriers et d'élégants clients, un mélange d'ostentation joyeuse, de vie trépidante et de sérénité bourgeoise.

Quand on passe les portes à tambour, on rejoint un grand hall en arc de cercle, avec la réception à droite, les concierge à gauche, et avec au milieu, comme si toute l'énergie de l'hôtel se concentrait sur ce point, l'entrée de « The Promenade », la longue galerie-salon-restaurant de l'hôtel, redécorée par Thierry Despont en 2005.

Passé les deux immenses bouquets de fleurs qui en gardent l'entrée et répandent une incroyable parfum, avancer le long de cette galerie est comme une sorte de travelling à travers un monde de richesse en représentation. Succession de banquettes, de tables, de velours et de marbre, dans des reflets roses, rouges et vert pâle. Succession de visages tantôt réjouis, gourmands, apathiques, heureux, hermétiques, pour affaire ou par amour. Desservant les différents restaurants et bars de l'hôtel, cette promenade en est à la fois la colonne vertébrale et un des meilleurs endroits de Londres pour prendre le thé. Sans lumière naturelle mais avec un éclairage savamment travaillé, on y perd la notion du temps pour ce repaître de l'instant.

S'étirant au fil de longs couloirs d'un rose très romantique, les 250 chambres et 55 suites de l'établissements sont toutes décorées individuellement. Surplombant Hyde-Park ou Mayfair, les chambres reproduisent avec luxe et opulence la décoration d'un manoir anglais. Meublées de façon traditionnelle, avec un solide mobilier, elles pourront donner l'impression, en dessous de la catégorie deluxe, d'être compactes, bien qu'offrant tout le confort nécessaire. Des miroirs sont d'ailleurs présents, en tête de lit, pour ouvrir un peu l'espace. Spacieuses - avec près de 60 mètres carrés -, les junior suites suivent quant à elles un style art-déco tandis que les suites sont plus classiques et encore plus spacieuses - au delà de 67 mètres carrés.

Face à Hyde Park, le Dorchester permet de se promener aussi bien dans les allées arborées du parc que le long des boutiques de luxe de Mayfair. Et si ces promenades s'avéraient fatiguantes, le SPA de l'établissement pourrait être d'un parfait secour. Et s'il pleut, la salle de sport, avec coach sur rendez-vous, est disponible. Et si vous trouvez que vos cheveux ou vos moustaches flottent un peu, le coiffeur Charles Worthington ou le barbier de l'établissement se feront un plaisir de remettre tout cela d'aplomb. Parfois, il faut penser à tout. Avec son service au sourire permanent, il semble que le Dorchester s'y emploie avec réussite depuis de nombreuses années.

 

À partir de 257€ Réserver
Notation de l'établissement
Confort Global 10 Confort Global : 10

Contacts & Réservation

The Dorchester

53 Park Lane
W1A 2HJ

Station de Métro : Hyde Park Corner