The Gore

En résumé

Emplacement

Prestations

Les belles histoires ne finissent jamais

Très belle demeure victorienne surplombant l’allée d’arbres de Queens Gate, The Gore est beaucoup plus qu'un hôtel, c'est un lieu où remonter le temps.

Un de ces lieux rares, chargés d'histoire mais où l'histoire s'écrit sans nostalgie, un lieu rendant hommage à la beauté de ce qui fut mais avec le vocabulaire d'aujourd'hui.

Avec seulement 50 chambres, des œuvres d'art, des antiquités et des volumes qui lui assurent une personnalité rare, avec un niveau de confort, de prestations et de service digne d'un quatre étoiles, et avec un bar, un salon-bibliothèque et un restaurant des plus conviviaux, The Gore est définitivement ce qu'il a toujours été: une maison distinguée recevant une clientèle de connaisseurs.

 

Quand la géographie fait l'histoire

Hyde Park est au bout de la rue, le Royal Albert Hall, tout comme l'Imperial College London, sont de prestigieux voisins, quant au palais royal de Kensington, il est tout proche. Sans doute inspirées par un tel voisinage, les sœurs Cook, deux descendantes du célèbre explorateur, décidèrent de créer en 1892 un établissement, qui ne tarderait pas à devenir un des plus charmants et des plus chics du Londres d'alors.

Le temps suivant son cours, l'établissement connu différents propriétaires et différentes gloires, avec un pic très rock'n'roll dans les années 70, lorsque Mick Jagger venait faire la fête au bar de l'hôtel. Quant au restaurant, il a toujours eu la préférence des habitués du Royal Albert Hall, pour la bonne et simple raison qu'on y mange bien et... qu'il n'y pas d'autres restaurants à proximité !

Mais c'est grâce à Peter McKay que l'hôtel connut un nouveau souffle dans les années 2000. Fort d'un talent de chineur incroyable et doté d'un goût sûr, il a su donner au Gore son style actuel. Repris en 2008 par deux associés Irlandais venant de l'univers de l'hôtellerie, l'établissement a conservé la même décoration tout en gagnant en fraîcheur et en harmonie.

 

L'arrivée

Lorsque l'on abandonne les larges trottoirs arborés de Queensgate pour gravir la volée de marches qui conduit au solide porche blanc de cette belle demeure, on éprouve l'agréable sentiment de rejoindre une maison qui a tout d'une maison de famille.

Les portes automatiques, encadrées d'épais rideaux de velours rouge, s’ouvrent ainsi sur un typique intérieur de maison victorienne: un large couloir vous conduit à la réception, tandis que se dessine dans son prolongement, un escalier desservant avec majesté les étages.

Tout l'esprit de l'hôtel se tient là en coup d'œil: le magnifique lustre de cristal, quelques antiquités, le carrelage aux couleurs et aux motifs du début d'un autre siècle, ainsi que les dizaines de gravures et de tableaux constellant les murs d'une variété de paysages et de visages d'autrefois.

Avec son élégant uniforme à la coupe contemporaine, le personnel semble presque anachronique dans un tel cadre, mais pourtant, son sourire est bien là pour vous prouver que non !

Comme dans une maison, ce couloir principal dessert toute la demeure: immédiatement à l'entrée, sur votre gauche, se trouve le bar, sur votre droite, le restaurant, tandis qu'à l'opposé, tout au fond de ce même couloir, se trouve le salon-bibliothèque, "the Resident Lounge".

 

Les pièces à vivre

Chaque pièce possède sa personnalité.

Magnifique de boiseries brunes et de plafonds à motifs, pimentant son héritage de quelques touches contemporaines, le "Bar 190" possède un long comptoir en bois, des serveuses au sourire angélique, un éclairage doux et une belle carte de whiskys. Si les années Mick Jagger sont loin derrière, l'endroit est toujours couru, et à juste titre, par les habitants du quartier qui trouvent là une atmosphère bien agréable. Il sert également de cadre pour des séances photos de mode.

En rejoignant le restaurant du Gore, le "One Ninety", on est tout de suite saisi par son cadre très XIXème siècle et par les quelques touches de modernité qui lui donnent son zeste bistrotier: large bow-window surplombant la rue, belle hauteur sous plafond, lustre de cristal se reflétant à l'infini dans les deux immenses miroirs muraux se faisant face, longues banquettes en bois rendues confortables par des coussins aux motifs contemporains, parquet, petites tables bistros en marbre, comptoir sur lequel trône un magnifique bouquet de fleurs, et partout, des cadres représentant des monuments de Londres, des aristocrates ou des expéditions maritimes. L'ensemble est plein de charme, de vie et sympathique. On s'y sent tout de suite bien et prêt à y découvrir une cuisine de bistro simple mais savoureuse.

Quant au Resident Lounge, avec ses somptueux volumes, sa haute bibliothèque, ses deux larges canapés capitonnés encadrant une solide cheminée et ses quelques fauteuils clubs, il offre un endroit paisible pour se relaxer et profiter de tout un tas de petites attentions : café expresso, excellents thés bios ou infusion, petits biscuits, et bien sûr, la presse !

A votre arrivée, le concierge, avec sa traditionnelle queue-de-pie, pourra vous s'occuper de vos bagages si vous le souhaitez et vous accompagner à votre chambre. Un vieil ascenseur est également là pour affronter les étages.

 

Les chambres

Bien que toutes un peu différentes, du fait de la structure historique des deux maisons réunies pour créer l'hôtel, et du fait également de la diversité des antiquités rassemblées, les chambres possèdent cependant un même style.

Un style qui tient à la patine des meubles, au vintage des cuirs des fauteuils, au glamour des velours, à la douceur des moquettes beige ou rouge garance, mais aussi un style qui tient à la beauté des couleurs peintes aux murs et qui donnent aux chambres toute leur personnalité. Car ces couleurs vont du rouge cœur de bœuf, en passant par le jaune impérial ou encore le bleu des mers du sud, l'aubergine ou le beige, et par leur simple présence créent une atmosphère à la fois douce et originale.

Les salles de bains peuvent également être très étonnantes : dans certaines chambres, on y retrouve ainsi de vieilles robinetteries, avec deux robinets pour le lavabo (un robinet pour l'eau chaude, l'autre pour l'eau froide !), dans d'autres chambres, on y trouve des toilettes dissimulées... dans de solides fauteuils. Mais que les moins aventuriers se rassurent, ces clins d'œils sont plutôt l'exception et la plupart des salles de bains ont été refaites en conservant le cachet ancien mais avec une facture tout à fait moderne. Les produits de bains proviennent de la maison Penhaligon's.

Côté technologie, on y trouve l'essentiel actuel : des écrans plats, des lecteurs DVD pour les catégories supérieures de chambre (un large choix de DVD sont disponibles à la réception - notamment pour les enfants) et des stations iPod.

Mais il faut tout de même reconnaître que la recherche de l'avant-garde technologique n'est pas le premier objet de cet hôtel. A ce titre, un nouveau réseau wifi a été installé courant 2010, fonctionnant parfaitement bien, mais facturé au client 20£ par jour. A ce titre toujours, il est symbolique de voir dans la plupart des chambres de magnifiques coffres... à combinaisons ! Le charme de l'histoire !

Les chambres se distribuent selon trois expositions: côté Queensgate, face à une rangée d'arbres (verdoyante à la belle saison), sans vis-à-vis direct et bien isolées du passage de la rue; côté Bremner Road, plus calme et avec une vue sur le bel immeuble opposé; et enfin, sur l'arrière de l'hôtel, pour encore davantage de calme et une très jolie perspective sur le Royal Albert Hall. A noter que les deux premiers étages de la maison possèdent les plus belles hauteurs sous plafond, et donc, que les chambres des étages supérieures sont plus douillettes.

The Gore propose principalement trois catégories de chambre :

- Queen & Wonderful : assez similaires en terme de taille, une vingtaine de mètres carrés, ces chambres se distinguent par leur salle de bains et quelques petits aménagements. Les Wonderful proposent ainsi des baignoires là ou les Queens n'ont que des douches. De plus, les Wonderful disposent d'un fauteuil pour se relaxer. Ces deux catégories de chambres sont d'une taille très agréable pour un court séjour à deux à Londres.

- Luxury Double : plus grandes que les précédentes puisqu'elles mesurent 28m2 en moyenne, ces chambres ont davantage de charme et de personnalité, grâce à des lits à baldaquin ou avec des sculptures étonnantes. Elles seront idéales pour des séjours plus longs ou romantiques.

- Double Deluxe (au nombre de quatre) & Tudor : s'appelant Miss Ada, Miss Fany, Judy Garland, Dame Nellie ou encore Lady Blessington, ces chambres sont des expériences en soi. Toutes différentes, avec des lits somptueux, de magnifiques rideaux et un beau salon au pied du lit, elles proposent une atmosphère magique. Que ce soit avec le lit théâtralisé de Dame Nelly ou avec sa baignoire entourée des statues de David et Venus, ou que ce soit avec la très belle exposition d'angle de Miss Ada qui lui permet d'accueillir un solide lit à baldaquin et une très belle lumière, chaque chambre possède quelque chose d'unique.

Quant à la plus unique de toutes, il s'agit de la suite signature de l'hôtel, la suite Tudor. Étrange par certains côtés, cette suite demeure fascinante par son plafond voûté où se croisent des poutres sombres, assorties au bois du lit à baldaquin et aux murs aubergine. De ses fenêtres à meneaux, dont les carreaux sont comme autant de petits vitraux, provient une lumière douce qui renforce le côté hors du temps de cette chambre. La salle de bains est également une expérience à vivre.

Les petit-déjeuners sont servis au restaurant de l'hôtel et propose un buffet continental complet, avec de nombreux choix de céréales, de laitage, de viennoiseries ou de fruits frais, sans compter les options cuisinées, comme le Traditionnal English Breakfast ou le petit déjeuner au Champagne. Et bonne nouvelle pour les amateurs de grasse matinée, le petit-déjeuner est servi jusqu'à 11h30.

 

 

 

Pour qui ?

The Gore s'adresse à des voyageurs qui aiment avant tout les hôtels de charme et qui savent en apprécier les nuances.

Idéal pour profiter du centre de Londres sans en subir le stress, cet hôtel attire une clientèle calme et élégante, de tout âge, curieuse de revivre l'atmosphère magique d'une époque, sans pourtant ne rien perdre du confort actuel.

 

À partir de 165€ Réserver
Notation de l'établissement
Taille des chambres 7 Confort : 7
Confort Chambres 7 Confort : 7
Petit-Déjeuner 7 Confort : 7
Infrastructure & Services 7 Confort : 7
Confort Global 7 Confort Global : 7

Contacts & Réservation

The Gore

190 Queen's Gate
SW7 5EX

Station de Métro : Gloucester Road, South Kensington